Google veut concurrencer PagesJaunes.

Pour lancer sa campagne publicitaire sur Google, il suffit « d’une carte de crédit et d’une demi-heure », affirme Sébastien Badault, directeur de la stratégie commerciale de Google France. Pas si simple en réalité. Car, si l’outil de Google permet aux technophiles de monter une campagpublicite-pages-jaunes-poitiersne en quelques clics, le nombre de petits annonceurs (commerçants, TPE, etc…) « hésitent à sauter le pas, par manque d’information ou de contact humaine », reconnaît Sébastien Badault. Sur le terrain de la publicité locale largement occupé par PagesJaunes et ses 2.300 commerciaux, « ce qui manque à Google, c’est un réseau », analyse Christophe Dané, directeur associé d’Havas Digital. Car le géant américain a automatisé une grande partie de ses relations clients, gérées depuis Dublin. Du coup, Google a passé un accord avec les régies locales de NRJ (10.000 annonceurs locaux et 300 commerciaux) et du groupe de presse Spir Communication (50.000 annonceurs et 770 commerciaux). Elles commercialisent des offres qui permettent aux annonceurs locaux de toucher des clients potentiels dans leurs zones de chalandise lorsqu’ils effectuent une recherche par mot-clé. A terme, le moteur de recherche espère attirer les commerçants sur son service Google Maps, sur lequel l’internaute peut chercher une adresse ou un itinéraire.

Source : La Tribune

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *